Jardiniers | Loire Vallée Magazine

Amboise : le miroir des jardiniers

Stacks Image 250933


De son potager d’enfant jusqu’au joyau royal, le Directeur du Château d’Amboise a remué ciel et surtout terre pour rendre sa splendeur à ce qu’il appelle « le miroir des jardiniers ». Pas si loin du métier qu’il rêvait d’exercer jadis, il nous explique ce rapport intense entre l’homme et le jardin, entre l’Histoire et la nature. Rencontre.

Visiteurs, soyez prévenus : dans les allées d’Amboise, l’heure n’est pas à la consommation, mais à la contemplation. Vous pourrez ici vous offrir une pause, et respirer… car « respirer, c’est réfléchir », nous murmure notre homme.

Lorsqu’il prend la direction du château en 1994, Jean-Louis Sureau saisit la valeur du trésor enfoui. « Le parc ne remplissait plus sa fonction, il fallait lui rendre sa grandeur. »

Il entame alors un troisième cycle « Jardins historiques, patrimoine et paysage » à l'École d'architecture de Versailles. « Il s’agit d’un espace complexe d’un point de vue historique, d’un lieu de mémoire pour l’art des jardiniers, cela nécessitait des connaissances. » En effet, l’enjeu était de taille. Préserver le côté naturel des lieux. Respecter le plan général conçu au XIX
e siècle. Assumer l’empreinte contemporaine pour ne pas créer un pastiche. Et surtout, redonner leur âme aux jardins d’Amboise.

Stacks Image 250940



Quand Jean-Louis Sureau parle de ces lieux, il y a de l’amour, du bonheur, du bien-être. Il y a cette volonté d’offrir aux visiteurs une parenthèse enchantée, là, sur les anciens terrains de jeux de François 1
er. « Le jardin doit être généreux, onirique. Il faut que se mêlent le beau et le bon », insiste-t-il.

L’implication des jardiniers d’Amboise porte ses fruits. Dans le jardin de Naples, les oiseaux chantent à nouveau, les fleurs s’épanouissent, les sens sont en éveil. Les hommes travaillent dans une démarche « zéro phyto », et le château devient "Refuge LPO" (Ligue pour la Protection des Oiseaux). L’espace est à nouveau ouvert sur la Loire, et surtout, sur le cœur des hommes.

Voilà toute la splendeur d’un métier sur laquelle insiste Jean-Louis Sureau. « Tout ce travail, c’est un échange de sensibilités. Vous voyez ici le résultat d’un lien intime entre le jardin et le jardinier. » Du chef d’équipe jusqu’à l’apprenti, on rend gloire ici à la nature, à l’Histoire, et à cette grande Vallée si vivante, le Val de Loire. « Une certaine idée du bonheur de vivre. »

Stacks Image 250947
Stacks Image 250930


From its children's vegetable garden to the crown jewel, the Director of the Chateau d'Amboise has moved heaven and, especially, earth to restore the splendour of what he calls "the gardeners' mirror". This is not so different from the trade he dreamt of pursuing in the past; he explained the intense relationship between humans and gardening, between History and nature. Interview.

Visitors, be advised: in the lanes at Amboise, time is not for consumption, but for contemplation. Here you can take a rest, and breathe... because "breathing is reflecting", murmurs our guide.

At the time he started as director of the castle in 1994, Jean-Louis Sureau grasped the value of the buried treasure. "The park was not fulfilling its function; we had to restore its grandeur.

So he went back to school for a doctorate in "Historic Gardens, heritage, and landscape" at the Versailles School of Architecture. "This is a historically complex space; a site of historical interest for the art of gardening and that required knowledge." In truth, the challenge was significant: preserving the natural aspect of the site, respecting the master plan designed in the 19th century, taking on the contemporary imprint so as not to create a pastiche, and above all, restoring the soul of the gardens at Amboise.

Stacks Image 250937



When Jean-Louis Sureau talks about this site, it is with love, happiness, and well-being. There is a desire to give visitors a delightful digression, here, in Francois I's former park. "The garden must be large and dreamlike. The beautiful must be combined with the good", he insists.

The involvement of the Amboise gardeners is paying off. In the Garden of Naples, birds are signing again, flowers are blooming, and the senses are awakening. The workers are using a "zero pesticide" approach, and the castle is becoming a "
Refuge LPO" (Ligue pour la Protection des Oiseaux – French Bird Protection League Sanctuary). The space now opens onto the Loire river again, and especially opens up to human souls.

That is the splendour of a craft promoted by Jean-Louis Sureau. "This work is a dialogue among tendencies. Here you can see the result of a close bond between garden and gardener." From the team leader to the apprentice, we glorify nature, History, and this great Valley that is so full of life: the Loire Valley. "It is a certain idea of the joy of living."

Stacks Image 250943

Texte: Dorothée Pierry
Photographies: Marc Broussard
Traduction: David Winterstein

All images and texts copyright. Photographs and texts may not be reproduced in any form or by any means without written permission Contact