Festival international des Jardins.
Une bien jolie parenthèse

- Le Domaine de Chaumont-sur-Loire et son Festival international des Jardins
29
e édition : Une bien jolie parenthèse
2020 - Tout simplement naturel, beau, créatif, simple.
On dirait que la crise sanitaire n’a laissé aucune mauvaise influence dans ce lieu magique. Une certitude, le thème de cette année « Les Jardins de la terre – retour à la terre mère » résonne fort bien avec l’actualité. Malgré le confinement, la réduction des jardiniers et des agents, depuis mi-mai, tout se visite. Un véritable exploit.
Un parcours sur-mesure, fléché élégamment au sol. Ainsi d’une contrainte, il en résulte une visite qui permet de ne rater aucun jardin. On suit le sens de la circulation. On a l’impression d’être invité à la découverte.
Se retrouver avec la Loire, le château et sa vue impossible à délocaliser, les parterres de fleurs à faire pâlir tous les paysagistes et les amoureux des jardins. Nous y voilà, respirons profondément et ouvrons grands les yeux. Arrêt image s’il vous plaît.

"Jardin Mandela" - Jardins du Festival
Pour se relier à soi-même et à l’univers.
En permaculture orientée vers les quatre points cardinaux, l’Air, la Terre, l’Eau et le Feu.

« Régénération » Catherine Baas, Jeanne Bouët, et Christophe Tardy. Avec des micro-jardins suspendus, ou installés qui présentent la biodiversité mais de façon expérimentale comme une vigne plantée à l’envers et qui pousserait vers la lumière.

« Drôle de Trogne » Écologique et artistique, avec vue sur le Château. Soline Portmann, Romuald Bardot.
L’art et la reconversion des trognes. Il existe mille possibilités de les tailler. Utiles pour économiser le bois de chauffe. À noter, 2020 est l’année des trognes ou arbres taillés en têtards.

"Retour au poulailler "
À poils à plumes. Très tendance par les temps qui courent, utile pour l’œuf au quotidien, pour le recyclage des déchets, on aime comment et avec quoi a été conçu ce petit enclos du jardin potager. Osier, châtaignier, planches, tout est local. Légumes dits perpétuels qui se fortifient avec le grattage des gallinacées.

"Le Jardin du Goût" - Jardins du festival
Créé durant le confinement
Conception Chantal Colleu-Dumond Directrice du Domaine et Bernard Chapuis Paysagiste du Domaine
Réalisation Jardiniers du Domaine
Véritable hommage à la terre nourricière. Potager, vignes, restanques. Tout ce qui existait dans le passé dans les campagnes. Le Val de Loire est un pays de caves, de troglodytes, de vignes et de bien-vivre, d’où cette table invitation au banquet très « nature ».

"Résilience" carte verte à Éric Lenoir
On regarde par le petit focus, comme dans un appareil photo, le « centre névralgique du vivant » enceint dans ce qui est créé par l’homme.

"Souvenir du Futur "
Nicolas et Alice Stadler Designers, David de Oliveira et Aurélien Serrault.
Notre maison, notre planète, et l’univers. Simple, modeste à l’intérieur, une grotte avec le strict nécessaire pour le jardinier, tout réalisé avec ce que l’on trouve dans la nature. Interrogation sur notre futur.

"La Planète Fleurie" Sau Yin architecte, Pak Chuen Chan concepteur.
Une sphère parfaite propose une version contemporaine.
Un jardin de fleurs orphelin s’y est enraciné.

Une délicieuse promenade au grand air, parmi les 30 nouveaux jardins du Domaine de la Région Centre, qui se termine en beauté. Pour la sécurité, on prend la sortie non pas par l’entrée comme d’habitude mais par les prés du Goualoup. Un régal total. On revoit les best-sellers du Domaine, comme le Jardin Chinois, Anglais, l’arche des roses anciennes, les iris bleus, les pivoines, ou les clématites. La fin de cette séquence colle au scénario de l’année : Retour à la Terre Mère.
À voir absolument jusqu’au 1
er novembre 2020



Catherine Taralon

"Le Jardin du Goût"

My Image

"Le Jardin du Goût"

Jardin Mandela

My Image

« Drôle de Trogne »

My Image

"Résilience"

My Image

« Régénération »

My Image

"Souvenir du Futur "

My Image

"Souvenir du Futur "

My Image

"Retour au poulailler "

My Image

"La Planète Fleurie"

Loire Vallee Magazine