… la référence des adresses "Art de Vivre"…

- EST. 2008 -


Délices de vignes… Soif d’apprendre!
Le Clos des Capucins à Chinon

Texte: Catherine Taralon
Photos: Marc Broussard


Hymne au bonheur, un savoir-faire local ou comment l’éducation et l’art de vivre peuvent provoquer une passion!… Mais sans ténacité, on n’obtient rien… Rencontre avec une femme d’exception: Fiona Beeston. L’arrivée sur Chinon ça se vit et ne se raconte pas. L’émotion, la poésie s’associent à une folle envie de savourer les gourmandises si chères à Rabelais. Oui, tout ceci bouillonne dans la tête dès que l’on distingue sur la gauche la Forteresse Royale et à ses pieds, la Vienne. C’est exactement cela que l’on découvre en arrivant sur place. Inouï! Ce lieu est bénit des Dieux. Quand on apprend que les moines du Couvent des Capucins s’y sont installés au début du XVII e siècle, on se dit qu’ils avaient le don, le flair pour saisir les bons endroits. A ce jour il ne reste que les caves d’élevage dans le coteau en pierre de tuffeau et des vignes en terrasses…
Stacks Image 271819
Le cheval «  le meilleur désherbant naturel ».. 500 kilos sous chaque sabot ! Pour la pérennité des sols: Le chaussage, on butte, on décavaillonne, on sème entre les rangs du seigle, de l’orge, avoine, choux radis...
…Le Clos des Capucins, c’est un véritable joyau clos de murs sur un hectare et demi, planté en bio il y trente ans, un trésor dont s’est emparé Fiona en 2010. Elle sait ce qu’elle veut et n’a pas du tout froid aux yeux. Joyeuse, souriante, décidée, avec une poignée de mains des plus rassurante mais tonique. En deux secondes la bouilloire fonctionne et comme toute bonne anglaise qui se respecte, le thé de la meilleur maison de Londres se retrouve infusé comme il faut dans les tasses. With milk ? En même temps, elle cuisine un pot-au-feu pour Jean-Pierre, l’homme qui attèle la belle jument percheronne. Ils travaillent ensembles depuis le début de la nouvelle aventure…
Stacks Image 271630
Fiona Beeston balayant ses vignes … Elle opte pour le « Do it yourself »
… Fiona veut l’excellence pour ses vignes, et surtout ne plus tasser la terre avec des gros engins agricoles. Alors retour au savoir-faire du début du siècle dernier, un cheval dans le vignoble, la rencontre du monde du végétal et animal. De son enfance elle se souvient de sa soif de découvrir les traités sur les vendanges et la vigne en bourgogne au lycée français de Beyrouth. Plus tard, du haut de ses seize ans, alors que son père est en poste à Washington sa passion pour le vin s’affirme.  «  Un soir, j’ai critiqué le choix des vins que mon père allait servir pour un dîner, un diplomate français m’a entendu et s’est exclamé: «  Savez-vous Mademoiselle, que le vin s’apprend! » Pour apprendre on doit passer par tous les stades.. ouvrier agricole, récurer les fonds de cuve, stage après stage, une école de dégustation, un travail à Londres, mais l’appel du vignoble revient. Une rencontre à Paris avec le grand caviste Lucien Legrand la célèbre Maison dédié à l’amour du vin et voilà que tout se met en place comme dans un jeu de quilles…
Stacks Image 271823
Des lumières de la Vienne aux lumières de la vigne
… Volontaire, tenace, courageuse, Fiona apprend, travaille comme une forcenée… Une jolie femme anglaise se remarque dans un monde des plus masculins. Même si aujourd’hui ce monde se féminise. Vingt pour cent de sommelières dans la profession. Mais par rapport à la Suède qui en comptabilise 80 % on a un grand fossé à combler! Fiona fait décoller la nouvelle adresse de Lucien Legrand Galerie Vivienne. «  Lucien m’a tout appris »…
Stacks Image 271640
… Est ce l’héritage de son père, journaliste grand reporter, couvrant les conflits dans le Monde, qui a fait que cette aventurière du vin adore écrire sur les vignobles, les vignerons et le vin. Elle signe sa rubrique pour la revue du Vin de France avec «  Les Carnets de Fiona ». Elle participe à des guides du vin dans le monde, et elle à un grand coup de cœur pour les vins de la Loire, particulièrement pour la Maison Joguet. C’est Charles Joguet qui lui a fait découvrir ses fameux grands Chinon. «  Il est le grand rénovateur de ce vignoble  ». L’idée germe, elle doit passer le cap et à son tour faire son vin ! Elle opte pour la culture en bio-dynamique et réalise ses premières vendanges sur son lopin de vignes en 2011. Fiona vit au fil des saisons. Elle renifle la terre entre ses mains. Oui c’est un travail de titan, mais elle sait s’entourer, écouter… bien qu’elle n’applique pas forcement les conseils. Cela porte ses fruits... de beaux raisins et un joli vin rouge… rubis. Intéressant pour une femme non?

On les trouve où ces petits trésors? Sur place, sur rendez -vous à Chinon…
Stacks Image 271667
…« Le vin c’est fait pour être goûté en mangeant! » « Perfectly drinkable »( « Parfaitement buvable »)… C’était la phrase que disait son père après avoir dégusté un bon vin…
Stacks Image 271572