Chambord – 1519 - 2019

JUIN 2019
41250 CHAMBORD


FOCUS SUR L’ART DE VIVRE CÔTÉ RENAISSANCE AU CHÂTEAU DE CHAMBORD. QUE DE BOULEVERSEMENTS, DE QUESTIONNEMENTS, D’ANALYSES ET DE RÉFLEXIONS MENÉES TAMBOUR BATTANT À CHAMBORD POUR PRÉSENTER AU PUBLIC UNE EXPOSITION MONUMENTALE :
L’UTOPIE À L’ŒUVRE 26MAI – 1 SEPTEMBRE, SUR 2 000 M², OU PLUTÔT DEUX EXPOSITIONS EN UNE. D’UNE PART DES MINES DE DOCUMENTS HISTORIQUES JAMAIS SORTIS DE LEURS NICHES, 150 ŒUVRES EN PROVENANCE DE 33 COLLECTIONS INTERNATIONALES, 3 FEUILLETS ORIGINAUX DU CODEX ATLANTICUS DE LÉONARD DE VINCI, ET DE L’AUTRE, CHAMBORD INACHEVÉ ABSOLUMENT FABULEUX, POUR TOUS LES ADEPTES D’ARCHITECTURE MODERNE, CEUX QUI PLANCHENT POUR LE DEVENIR. 18 PROJETS, ISSUS D’UNIVERSITÉS DES 5 CONTINENTS, POUR RÉINVENTER CHAMBORD. DES CABINETS DE CURIOSITÉS SE RAPPROCHANT DU DESIGN, DES TECHNOLOGIES CONTEMPORAINES POUR UNE VISION ULTRA CRÉATIVE SUR CHAMBORD AU 21E SIÈCLE.

Côté décoration art de vivre, place à un grand maître : l’architecte - décorateur,
Jacques Garcia. Pour lui, les palaces, les châteaux, il en fait sa tasse de thé. Il connaît par cœur le dossier. On a vu Versailles, Paris, New York, Marrakech, Champ de Bataille... cet amoureux du grand style XVIIe et XVIIIe siècles, sait comme personne recréer, interpréter, évoquer, avec élégance et raffinement. Logique pour Jean d’Haussonville de se rapprocher de Jacques Garcia qui en tant que mécène dans ce projet, prend à bras le corps cette gigantesque évocation et non restitution. En un temps record, la baguette magique agit. Pas de chichis de décoration, tout simplement on découvre l’élégance, le raffinement, un peu dans l’idée d’une installation. Dès l’entrée, des panneaux de textile de la grande et illustre maison Pierre Frey. Un velours rouge élégant où le tissage prend le dessus. Inouï d’apprendre que ce tissu a été spécialement créé pour Chambord. Voilà l’art de vivre à la française dans toute sa splendeur. 24 paires de bois de cerfs, juste accrochées où il faut, signent la mise en scène. Effet réussi, la pierre de tuffeau devient sculpture.
Entracte au premier étage, là où l’on se pâme toujours devant le fameux escalier à double révolution. Place au théâtre. Oui, le théâtre de
Molière. On s’y croirait. Le contemporain l’emporte, l’envie de s’y poser demeure irrésistible.
Pour l’appartement du Roi, quel étonnement de voir que l’isolation est faite avec des bandes de pailles tressées, excellent isolant thermique encore employé de nos jours. En couverture, les tentures de textile jouent la décoration.
Un tissu vieil or, somptueux, tissé par la maison
Dedar.
Clin d’œil à l’art de vivre de la Renaissance avec une reconstitution du lit du Roi, avec baldaquin et double ciel de lit.
Les rois de France vivaient en nomades, la cour était itinérante, le mobilier s’adapte.
Totalement exceptionnelle, cette évocation, la plus proche de l’histoire, n’aurait pu voir le jour sans le savoir-faire d’historiens, d’entreprises et d’artisans d’art. Tous ont œuvré, sous la direction artistique de
Jacques Garcia.

TEXTE: CATHERINE TARALON
PHOTOS:MARC BROUSSARD
My Image
My Image

My Image
My Image

My Image
My Image

My Image
My Image

My Image

My Image